L’Écriture vive : Woolf, Sarraute

Naomi TOTH, L’Écriture vive : Woolf, Sarraute, une autre phénoménologie de la perception,

Paris, coll. Lectures Comparatistes, série Modernités et avant-gardes, Classiques Garnier, 2016, 355 p.

.

Écrire la « vie », tel est le projet de Virginia Woolf et de Nathalie Sarraute. Afin de saisir cette substance énigmatique vers laquelle s’efforce la littérature, il est nécessaire d’opérer un changement de régime perceptif : percevoir autrement pour percevoir autre chose. Le parallèle avec les travaux de Husserl et de Merleau-Ponty fait apparaître l’importance de cette autre phénoménologie de la perception dans l’invention d’une nouvelle forme littéraire : tandis que la pensée philosophique vise à une compréhension lumineuse du sensible, il s’agit ici d’en traquer les obscurités, qui deviennent le lieu périlleux d’une écriture vive.

.

Table des matières consultable ici

Lien vers la maison d’édition: Classiques Garnier

*

This entry was posted on Dimanche, novembre 6th, 2016 at 17 h 28 min and is filed under - Publications. You can follow any responses to this entry through the
Notice: comments_rss_link est déprécié depuis la version 0.0! Utilisez post_comments_feed_link() à la place. in /home/etudeswo/www/wp-includes/functions.php on line 2970
RSS 2.0 feed. Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed at this time.